Actualités

3 janvier 2013

Médiation citoyenne avec la Maison de quartier de Carouge : premier volet

Médiation culturelle. Parce qu’il est important que l’art s’ouvre à tous, le collectif d’artistes microsillons (microsillons.org), Mathieu Menghini, professeur en histoire et pratiques de l’action culturelle à la Haute école de travail social, et le Théâtre de Carouge ont conçu un projet de médiation original destiné aux associations à vocation sociale. Certains spectacles de la saison font ainsi l’objet d’interprétations approfondies et de questionnements citoyens concrétisés dans une production commune. Exemple avec le travail fait sur Antigone en collaboration avec la Maison de quartier de Carouge. Premier volet : avant la représentation d’ « Antigone ».

Vendredi 10 août 2012
Première rencontre avec la responsable de l’équipe de la Maison de quartier de Carouge (rue de la Tambourine). Très bon accueil ; elle nous dit son intérêt sur le fond du projet et sa méthodologie. Outre le temps court jusqu’au premier spectacle, la responsable nous avertit de l’une des difficultés majeures d’une telle action, à savoir le principe de la libre participation des usagers – principe ancré dans le projet d’éducation populaire des maisons de quartier.
Est décidée alors une prise de contact avec trois animateurs : deux travaillant dans la Maison de quartier, accueillant des jeunes de 12 à 16 ans ; un troisième œuvrant hors les murs et rencontrant davantage les jeunes (de 16 à 21 ans) en interindividuel.
L’objet sera : de les intéresser au projet ; d’en faire d’éventuels relais et de bénéficier de leur concours pour organiser la première entrevue avec un groupe de jeunes.

Les jeunes ont des choses à dire, à opposer à la doxa des adultes.

Mardi 4 septembre 2012
Rencontre avec les trois animateurs dans le lieu de leurs accueils libres (espace Grosselin). Trois types de participants seront visés : les adolescents rencontrés lors des accueils libres : groupe potentiellement volatil ; il faudra, avec eux, être attentif à la dynamique de groupe ; les jeunes adultes « hors les murs » : les concerner représentera un travail très impliquant pour le travailleur social hors murs (TSHM) ; il s’agit de les convaincre un à un ; les adolescents engagés d’ores et déjà dans des cours (musique, théâtre, etc.), cours dispensés par des professeurs extérieurs à la Maison de quartier (MdQ).
A l’évocation des problématiques retenues au sujet d’Antigone (désobéissance civile, accès à la parole politique, place des femmes dans la société, sens de l’institution familiale, révolte, etc.), les animateurs nous confirment que les jeunes ont des choses à dire, à opposer à la doxa des adultes.
La possibilité d’aboutir à une production leur paraît – outre le visionnage du spectacle – l’atout majeur de notre méthode.

Mercredi 26 septembre
Première rencontre avec une dizaine de jeunes de douze à vingt ans. D’abord : présenter les personnages de la pièce ; ensuite, attiser l’intérêt en évoquant ce qui précède immédiatement le lever de rideau : l’histoire de la rivalité de Polynice et d’Etéocle. Qui, dans une dynastie héréditaire, est légitime à reprendre le pouvoir quand le père s’en va laissant deux filles et deux fils ? Le plus fort des fils, répondent certains, l’aîné d’autres ; le plus intelligent, concluent d’autres encore. Ces réponses nous conduisent à évoquer la place des femmes dans la cité et, une fois raconté le geste d’Antigone au début de la pièce, celle de la désobéissance civile. Sur ce dernier sujet, nous introduisons la pensée de Henry David Thoreau et évoquons, à titre d’exemples, Rosa Parks et les collectifs d’interposition contre les expulsions des locataires.
Pour les rendre attentifs à la forme spécifique de la mise en scène de Jean Liermier, nous proposons, enfin, les extraits vidéo d’adaptations distinctes.

Lire la suite sur « Médiation citoyenne avec la Maison de quartier de Carouge : second volet »

Collectif microsillons (Marianne Guarino-Huet et Olivier Desvoignes) et Mathieu Menghini

0saves
Si vous avez apprécié cet article, merci de laisser un commentaire ou souscrivez à notre flux RSS pour recevoir automatiquement les prochains articles.

Commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.




Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

En envoyant un commentaire vous acceptez que "L'envers du décor" puisse reproduire vos mots, votre site, votre nom. Les commentaires innapropriés seront effacés sans avis préalable.